L’aventure des couches lavables !

L’aventure des couches lavables !

1362
7
Couche lavable Pop-in Bambou

Pour la première fois sur le blog, et j’en suis ravie, je laisse la place à quelqu’un d’autre (ma cousine en l’occurence) pour partager avec vous ses aventures et expériences de jeune maman.

Étape 0 : pour ou contre les couches lavables ?

Je vais essayer de vous raconter de manière succincte (impossible) mon parcours dans le monde extraordinaire des couches lavables !

Parce que oui, c’est tout un monde ! Quand on commence à fourrer son nez dedans, on est à mille lieux d’imaginer dans quoi on a mis les pieds !

Mon homme et moi sommes de nature plutôt écolo. On essaye de ne pas gaspiller, on trie, on fait de la permaculture dans le jardin, on mange des fruits et légumes de saison… Bref on essaye de faire attention…

Alors quand je suis tombée enceinte, il a forcément fallu se poser LA question : Couches jetables ou lavables ?????!!!!

Un enfant utilise en moyenne 1 tonne de couches jusqu’à sa propreté et chaque couche met 500 ans à se dégrader. 500 ans ?????!!!!

De plus le budget y prend un coup : 1500 euros de couches jetables contre 600 euros de lavables, qui sont réutilisable sur un 2e enfant et plus !

Si vous voulez en savoir plus, il y a un bon article qui s’amuse à faire un match jetable/lavables : Couches jetables / Couches lavables le grand match.

Bon, on ne peut plus faire comme si on ne savait pas… Convaincu, nous avons fait le choix des lavables ! Quand nos amis l’on su, plus d’un a essayé de nous décourager : « vous y arriverez jamais », « j’ai une copine, elle a tenu 1 mois », « Et bien bon courage ! »

Gloups ! Bébé n’est même pas né qu’on se persuade déjà qu’il faudra tenir le coup.

Étape 1 : Choisir et acheter des couches lavables

On se dit : « Facile ! On va sur le net et on achète des couches lavables. »

Mais les couches lavables, ça ne s’achète pas comme un vulgaire tee-shirt ! Dans la vraie vie, ça ne se passe pas comme ça…

Tu vas en effet sur le net et tu te rends compte qu’il y a une vraie industrie de la couche lavable ! Ha bon ? Si, si ! Ha… Ça ne va pas être si simple que ça alors…

Il y a toute sorte de forme, de taille, de couleurs, de matières… Compte rendu de ma première recherche : JE SUIS PERDUE !

help

Au bout de 5 jours intensifs de recherche et de comparaison sur des forums je finis par m’arrêter sur un modèle : les Pop-in bambou V2 !!!

Pourquoi celles-là ?…

– Elles sont imperméables sur l’extérieur et ont des doubles goussets aux cuisses pour éviter les fuites.

– Les scratchs sont plus pratiques que les boutons pressions.

– La taille unique. On utilise la même couche de 0 à 2 ans, de 3,5kg à 17kg !

– Les inserts sont en bambou donc hypoallergénique, et sont aussi taille unique. Pas besoin d’en racheter quand bébé grandit.

– Les couleurs et motifs qui sont quand même bien sympa !

– Son utilisation simple qui ressemble à une couche jetable.

On s’équipe, c’est parti !

– 15 couches avec inserts

– 15 inserts supplémentaires

– 6 boosters nuit (j’en ai peut-être un peu trop)

– Des voiles de protection biodégradable à gogo !

Étape 2 : Les utiliser

Ma petite grenouille est née à 3,2kg, donc trop crevette pour mettre les lavables tout de suite… De toute façon à la maternité, les lavables c’est quand même compliqué !… On avait prévu un paquet de couches Wiona compostable. Ça marche très bien, mais c’est bien occasionnellement, parce que ça coûte quand même plus cher que des jetables lambda.

Très rapidement notre puce atteint le fameux poids de 3,5kg ! Et hop, on se lance !

Les premiers jours, c’est vrai que la couche paraît un peu volumineuse par rapport à la taille de notre fille mais elle rempli sa fonction de couche et pour ça je lui en suis très reconnaissante ! Finalement, on prend des fringues un peu plus grandes et ça passe !

Pour ce qui est de « mettre les mains dedans » : Ce n’est pas le genre de truc qui me dégoute… Mais il y a quand même une astuce !

Simba dégoûté

Mettre un voile de protection biodégradable à chaque fois ! Ça permet de récupérer les sels plus facilement, et de les jeter directement dans une poubelle ! Pas besoin de gratter la couche pour la nettoyer ! Youpi !

Étape 3 : Les laver

Les laver oui, c’est l’idée de départ… Donc faut bien s’y mettre !

On range les scratchs pour ne pas qu’ils s’abîment, on enlève 2 pressions pour que la couche sèche mieux et on met le tout dans la machine à 40° ! Bon ben c’était pas si compliqué… Chez moi, il y a pas mal de vent, j’avoue ça aide bien au séchage !

L’extérieur de la couche sèche très vite. Les inserts beaucoup moins, mais comme j’en ai le double, ça permet de tourner !

De manière générale, je fais une machine par jour avec couches et vêtements mélangés. Pas besoin de s’embêter à faire des machines spéciales couches. Mais je m’en sors très bien si je fais une machine un jour sur deux.

Et le test ultime ! On a eu dernièrement 3 jours de grosses pluies… Le stock était tout juste suffisant !

Couche lavable pop-in

Étape 4 : Tenir sur le temps !

On a tenu un mois ! Espérons que ça dure ! Est ce que se sera la même chanson avec la reprise du taf ?…

Au final, je ne regrette pas du tout mon achat. Je trouve même qu’on s’en sort pas trop mal ! Le seul vrai conseil que je peux donner. Si vous voulez passer aux lavables, il faut que les DEUX parents soient motivés !

Et vous alors, vous avez opté pour quoi ??

Je remercie encore une fois ma cous’ pour ce super témoignage qui va en aider plus d’un à passer le cap j’espère. Je pense que si, à l’époque, j’avais lu son article je n’aurais pas hésité longtemps….

7 Commentaires

  1. A peu près le même début d’histoire pour mon compagnon et moi.
    On a même loué des couches pendant 1 mois pour tester et du coup on a pu acheter les modèles qui nous plaisaient.
    Motivés, on a enchainé lessives, sèches linges (à Paris, pas de place pour les faire sécher), lessives, sèches linges …
    Au bout de quelques mois, un des modèles fuie régulièrement. On fait tremper toutes les couches pour les « remettre à zéro » mais rien ne change.
    Quelques mois plus tard, ce sont les couches de l’autre modèle qui fuient.
    Résultat : on change notre filles des pieds à la tête 2 à 3 fois par jour. Insupportable.
    On a donc tenu 1 an et on est revenu eux couches jetables écolos….

    Et pour info le deuxième modèle était celui de l’article. Avec les mêmes motifs !

    • Merci pour ton témoignage ! Pas de chances en effet… Mais il faut savoir que la plupart des lessives encrassent les couches et leur font perdre leur imperméabilité. Il est donc recommandé de choisir une lessive approprié dès le début.

      • En effet , c’est pas de chance.
        J’avais pourtant pris de la lessive écolo en poudre comme recommandée par la vendeuse.
        Lessive en poudre qui a encrassé les tuyaux (eau parisienne trop calcaire).
        Mais il n’est pas dit qu’on ne réessaiera pas pour le deuxième s’il y a un deuxième !

        Par contre, pour ce qui est de mettre / enlever les couches, pas de problème, c’est très facile une fois qu’on a le coup de main. Et le voile « ramasse caca » est lavable et réutilisable plusieurs fois pour les couches avec seulement de l’urine.
        Et il faut toujours avoir un paquet de jetables à la maison pour les jours de gastro et les sorties chez les copains (qui n’ont pas de raison de supporter l’odeur d’urine dans leur salle de bain).

  2. Pour la naissance de mon premier enfant, j’avais acheté deux packs de 8 couches lavables de la marque Gro Baby sur le site de Bébé au naturel (après plusieurs recherches et comparaisons de produits). Certes, l’investissement de départ peut faire peur mais il est très vite rentabilisé.
    Pour que l’absorption se fasse bien, j’ai lavé et fait sécher les inserts une dizaine de fois avant démarrage.
    Quand bébé est né, il faisait 3.5kg et son gabarit était encore trop petit pour commencer les couches lavables et nous voulions aussi que le bout du cordon ombilical tombe pour ne pas lui faire mal au nombril avec le frottement. Bébé a donc commencé les couches à 1 mois et il les a utilisées jusqu’à ses 2 ans, soit au moment où il a été propre. Bien entendu, il ne faut pas non plus se voiler la face, il y a eu certaines fois des fuites (au même titre que les couches jetables) mais une fois le rythme pris, tout s’est bien passé, de jour comme de nuit.
    Il n’a pas eu d’érythème fessier, les couches ne lui ont jamais empêché d’évoluer normalement : station assise, quatre patte et debout et marche.
    A deux ans, il était propre la journée et à trois ans la nuit.
    Depuis, nous avons eu un deuxième enfant, une petite fille (qui a aujourd’hui 8 mois) qui utilise elle aussi les couches lavables de son frère depuis ses 1 mois. J’ai racheté d’autres couches de la marque Little Bloom sur Amazon avec une rapport qualité/prix imbattable et vraiment de très bonne qualité d’absorption (coton ou bambou pour les inserts et microfibre pour la couche ) (environ 6 euros la couche complète).
    Utiliser des couches lavables est une gestion en plus à faire à la maison (rinçage, stockage dans une petite poubelle à couvercle, lavage, étendage, mise en place de la couche) mais pour rien au monde je ne reviendrai à des couches jetables. Mon premier l’a très bien vécu et pour ma petite, ça se passe très bien.
    Je tiens aussi à préciser que les nounous avec qui j’ai travaillées ont toutes accepté de les utiliser. Pour le stockage de la journée chez la nounou ou quand nous sommes de sorties, les couches sales sont stockées dans un sac imperméable Little bloom.
    J’espère que mon témoignage vous aura permis d’y voir un peu plus claire.
    Si vous avez besoin d’avoir plus de précisions, n’hésitez pas à me contacter.

  3. Caledonienne basée en Angleterre, j’ai un bébé de maintenant un an et je suis assez fiere de dire que j’utilise des couches lavables depuis le premier jour! J’en ai de différentes sortes et marques, achetées neuves pour quelques unes mais surtout d’occasion sur ebay (en Angleterre c’est bien approvisionné!), j’adore et j’aimerais promouvoir l’idée en n-c si un jour j’y retournais, mais dune manière generale je trouve dommage que les gens n’essayent pas et pensent que c’est crade, pas pratique, trop gros sur bébé et autres excuses qui, à mon avis, sont de mauvaises excuses face à la terrible réalité des couches jetables. Autre astuce écolo, j’utilise des lingettes en microfibre lavables, avec de l’huile de coco comme produit de change!

LAISSER UN COMMENTAIRE